Alimentation et sommeil

COMPRENDRE, QUESTIONNER, DISSOCIER

Que bébé soit encore tout petit ou qu’il ait plus de six mois, le sujet de l’endormissement au sein ou au biberon risque de vous concerner. Celui des réveils nocturnes également. Comment faire pour que bébé trouve le sommeil sans le sein de maman ? Est-ce normal que bébé se réveille la nuit pour manger ? Nous allons parler réveils nocturnes, tétée du coucher, sevrage du biberon du coucher. On vous partage quelques clés pour appréhender la mise en place de nouvelles habitudes en douceur.

Quand nous parlons alimentation et sommeil de bébé, deux grandes thématiques soulèvent beaucoup de questions et nous allons les aborder aujourd’hui :

 A) Bébé demande une tétée ou un biberon pour s’endormir

 B) Bébé se réveille la nuit et demande le sein ou un biberon

C’est parti !

PARLONS SOMMEIL BÉBÉ

Endormissement autonome

Endormissement autonome

Régressions du sommeil

Les régressions du sommeil

Introduire doudou

Introduire doudou

Une tétée (ou un biberon) pour dormir

Pourquoi, cela peut-il poser problème ? 

Mettre bébé au sein ou lui donner son biberon en fin de journée est souvent un moment de partage agréable. Bébé apaisé et repu sent la fatigue s'installer et s'endort très facilement.

Mais, parce qu’il y a un mais, le détacher du sein ou du biberon pour le coucher dans son lit sans le réveiller peut constituer un premier défi. Surtout, bébé risque de prendre l’habitude de cette tétée (ou de ce biberon) et le considérer comme partie intégrante de son rituel d’endormissement au risque d’en devenir “dépendant”.

Lors des réveils nocturnes, il risque ainsi d’en avoir besoin à nouveau. L’acquisition d’une autonomie du sommeil sera donc plus compliquée.

Attention, il n’y a pas d’injonction à renoncer à l’endormissement au sein si vous ne vous sentez pas prête. Endormir bébé contre soi, au sein, est un moment magique, attendez d’en avoir envie pour initier ce changement : quand vous êtes convaincue qu’il vous sera bénéfique, parce que la fatigue devient importante, parce que vous souhaitez retrouver plus d’intimité… il y a autant de bonne raison que de femmes sur cette planète. 

En pratique, comment on fait ?

L’enjeu va être de dissocier progressivement alimentation et sommeil pour votre tout petit.
Quatre grands axes de travail pour avancer dans cette direction avec bébé :

Espacez les temps d’alimentation et de sommeil

Modifiez votre routine du soir et proposez la dernière tétée ou le dernier biberon suffisamment tôt : essayez d’espacer progressivement le dernier repas du moment du coucher. Plus globalement, l’enjeu étant de dissocier sommeil et alimentation, il va falloir repenser et peut-être repositionner le moment des tétées de toute la journée en les proposant distinctement des périodes de siestes et de sommeil.

Communiquez avec votre enfant

Prévenez votre tout petit de ce changement, prenez le temps de lui expliquer et de le rassurer. La dissociation de l’alimentation et du sommeil peut générer une frustration et être difficile pour bébé : ce moment au sein (ou pendant lequel vous donnez un biberon) est un moment d’apaisement et de partage. Il va donc falloir communiquer et remplacer cette source de sérénité en sollicitant de nouvelles ressources apaisantes. 

Introduire un nouveau rituel du coucher

Si vous n'aviez pas encore de routine dodo ou que l’allaitement (le biberon) y a une place centrale, c'est le moment de faire évoluer les choses.

Gardez en tête que cette tétée a très certainement pour votre tout petit une fonction d’apaisement. Il va donc falloir pallier autrement à ce besoin de réconfort. Pour remplir cette fonction, créer une nouvelle routine de sommeil aidera bébé à se préparer à la nuit : une routine relaxante et apaisante peut inclure un bain, une histoire, une berceuse, des câlins. Elle aidera votre tout petit à se sentir plus calme et à se laisser aller aux bras de Morphée.

Travailler l’endormissement et se faire épauler du co-parent

Pour les câlins avec maman, certains enfants peuvent apprécier de rester en position d'allaitement même sans le sein. Pour d'autres, la dissociation sera alors trop difficile et il faudra au contraire éviter la position d'allaitement. Il vous faudra sans aucun doute tâtonner un peu et rester à l’écoute des réactions de votre bébé avant de trouver ce qui vous convient.

Pour certains bébés, la proximité de maman au moment du sevrage est nécessaire et rassurante, pour d'autres elle va accentuer la frustration.

Le rôle du co-parent peut donc être clé pour les mamans allaitantes. Le co-parent n’a pas l’odeur du lait, il sera donc plus facile pour bébé de se détacher de ce besoin de succion. Ne plus endormir bébé au sein est d’ailleurs une belle occasion pour permettre au co-parent de prendre une nouvelle place dans la vie de votre enfant.

Endormir bébé

Enfin, la patience sera votre meilleure alliée, n’oubliez pas qu’il faut 21 jours pour ancrer une nouvelle habitude.

L’objectif est d’apprendre à bébé à dormir sans le sein (ou sans biberon) mais l’objectif principal reste avant tout que bébé trouve le sommeil et dorme suffisamment. Le sein (ou le biberon) resta donc un recourt possible, à solliciter si vous sentez que l'endormissement est trop difficile et qu'une dette de sommeil se crée. 

Les réveils nocturnes tétée ou biberon

Les réveils nocturnes chez le jeune enfant sont un sujet de préoccupation majeur et les causes peuvent être multiples. L’alimentation est l’une d’elle : Les nouveau-nés ont besoin de manger souvent, leur estomac est petit et ils ont besoin d’un apport de nutriments régulier pour leur croissance et leur développement : ils ont une faible réserve calorique. Par conséquent, ces réveils nocturnes tétées ou biberons sont fréquents chez les plus petits jusqu’à 6 mois.

À partir de 6 mois, bébé peut dormir plus longtemps sans s’alimenter, il peut faire ses nuits sans interruption. Ça, c’est la théorie ! En pratique, certains enfants continueront à se réveiller la nuit pour une tétée ou un biberon. Nous allons explorer ensemble les raisons possibles de ces réveils nocturnes liés à l’alimentation et vous partager nos conseils pour aider bébé à dormir une nuit entière ! À vous les 8 heures de sommeil retrouvées !

Si bébé se réveille la nuit, laissez-lui un petit temps pour être sûr qu’il ne s’agisse pas d’un micro-réveil et laissez-lui la possibilité d’essayer de se rendormir seul sans biberon (ou sans le sein de maman). S’il pleure, alors bien sûr, faites-le manger en essayant de le poser dans son lit avant qu'il ne s'endorme.

Endormir bébé

Bébé a faim !

La première étape va être de calculer la quantité de lait prise sur 24 heures par votre enfant et de veiller à donner la même quantité sur la journée c'est à dire sur la période 7-20h. 

En parallèle, vérifiez la quantité de lait prise par jour par votre tout petit : bébé a, en théorie, besoin de 700 à 900 ml de lait par jour. Après la mise en place de la diversification, avec 2 à 3 repas par jour, bébé aura besoin de 500 à 600 ml de lait par 24 heures.

Si bébé n’a pas assez mangé en journée, il réclamera pendant la nuit, la faim le réveillera. C’est donc la première chose à vérifier.

PARENTHÈSE ALIMENTATION
Quelle quantité de lait donner à bébé par prise ?

À 6 mois, la taille de l'estomac de bébé avoisine les 200 ml. On ne peut donc que vous conseiller d'éviter les prises de lait trop importantes (supérieures à 200 ml). Mieux vaut donner à manger plus souvent à bébé et dans de plus petites quantités. Une prise de lait de 150 ml est physiologique et parfaite pour votre tout petit. Vous éviterez ainsi l'inconfort lié aux régurgitations.  

Alimentation et sommeil ne sont pas dissociés

Retour sur la première partie de cet article. Les micro-réveils sont normaux chez votre tout petit et pour que ce dernier réussisse à les gérer seul, il doit retrouver les conditions d’endormissement du coucher. Un changement dans les conditions de sommeil sera angoissant, anxiogène et ne permettra pas à bébé de débuter un nouveau cycle de dodo en autonomie.

Si bébé prend son dernier biberon (ou sa dernière tétée) proche du moment du coucher ou s’il s’endort au sein/ avec un biberon, il aura besoin de retrouver ces conditions lors des réveils nocturnes. Il aura besoin de vous et ces réveils seront fréquents et répétés.

On travaillera donc sur les quatre grands piliers d’une dissociation alimentation/ sommeil réussie :

- Espacer les repas des siestes et du coucher du soir
- Communiquez avec bébé
- Introduire un rituel du coucher apaisant et rassurant
- Trouver une méthode d’endormissement qui vous convient et faites-vous épauler du co-parent si vous le pouvez

N‘oubliez pas que chaque changement prend du temps !

Si votre tout petit a l'habitude de manger pour s'endormir ou s'il a besoin d'un biberon ou d'une tétée pour se rendormir, le sevrage ne fonctionnera sans doute pas dès les premiers essais. Prenez le temps nécessaire, bébé va prendre ses marques et finira par trouver ce sommeil tant recherché. 

ON VOUS SOUHAITE DE BELLES NUITS !

FAQ

💡 Mon bébé est allaité, comment puis-je savoir si la quantité de lait donnée en journée est suffisante ? 

Une mise au sein efficace est en moyenne de 80 à 100 ml. Ceci étant dit, cette quantité peut varier significativement d'une femme à l'autre, vous pouvez essayer de tirer votre lait pour avoir un repère. 

Assurez-vous également que la prise de lait soit efficace. Pour ce faire, quelques repères :
- La déglutition de votre bébé est audible et le rythme de succion diminue avec le temps,
- Bébé est détendu, il est calme et ne s'agite pas trop,
- Ses couches sont mouillées plusieurs fois par jour.

💡 Bébé est entré à la crèche le mois dernier et les réveils nocturnes ont repris. Bébé ne se rendort qu'avec un biberon, que faire ? 

Assurez-vous que la quantité de lait donnée à la crèche est bien en ligne avec ce dont votre enfant à besoin. La première raison de ces réveils peut être la faim. 

Également, lors de changements dans le quotidien, les régressions du sommeil sont fréquentes. Ici, le biberon peut avoir une fonction de réconfort pour votre enfant. 

Quelques conseils pour surmonter une phase de régression du sommeil :
- Verbaliser, expliquer et rassurer bébé,
- Maintenir le rituel du sommeil qui reste un repère important,
- Remplir le réservoir affectif, apporter un maximum de réconfort (câlins, bisous, temps de qualité). 

Abonnez-vous à notre Newsletter

Une fois par mois, recevez des conseils sommeil et apaisement
pour des nuits plus douces